SEB, la contribution cantalienne

 Quel lien entre ce sigle, SEB, mondialement connu, et la commune de Brageac ? La réponse est Antoine bien sûr ! Antoine Lescure né le 18 novembre 1807 à Brageac (Cantal) au foyer d’Antoine Lescure père, chaudronnier ambulant, et de Marie Bresson, alors âgée de 39 ans.

Comme ses aïeux, Antoine exerce le métier de chaudronnier-rétameur ambulant, il sillonne la France et, en particulier, la Bourgogne. Le 4 février 1840, il épouse Elisabeth Bachet (1815-1890) à Selongey (Côtes-d’Or), c’est d’ailleurs là qu’il s’installe en 1857 et qu’il créé un atelier de ferblanterie spécialisé dans la fabrication de seaux en étain et d’arrosoirs avant de proposer des ustensiles de cuisine et de salles de bain, tels que des lavabos et des baignoires en zinc.

Brageac Lescure Antoine SEBAntoine Lescure (1807-1863)

Pour mémoire, les rétameurs et chaudronniers ambulants auvergnats étaient des personnages pittoresques, déballant leur marchandise - clinquantes bassines ou sonores marmites - allumant des feux de bûches sur la place des villages pour rendre fluides les métaux à reprendre. D'une année sur l'autre, on attendait son retour, car il rendait bien des services. Il commercialisait et entretenait le petit matériel de cuisine ou de lessive tels que les pots, les pintes, les cruches, les tasses, les assiettes, les chaudrons, et autres chandeliers. « Ecolo » avant l’heure mais surtout économe de la matière première, il reprenait aussi le métal usagé pour le recycler. Enfin, il n'avait pas son pareil pour colporter les nouvelles, raconter des histoires, sortir sa clientèle du quotidien et de la routine.

Brageac Lescure SEBComme son père disparu à l’âge de 44 ans, Antoine Lescure meurt relativement jeune, à l’âge de 55 ans, le 27 mars 1863 à Selongey (Côtes-d’Or). Deux ans plus tard, en 1865, son fils unique, Jean Lescure (1843-1924), reprend l'atelier de ferblanterie paternel. En 1926, l’entreprise est relancée par les arrière-petits-fils d’Antoine Lescure sous la dénomination Société Lescure Petit-fils qui devient à son tour la Société d’Emboutissage de Bourgogne en 1944. SEB est née ! La société est toujours contrôlée par ses héritiers.

Brageac fondationEn 2006, c’est en hommage au village du Cantal d’où était originaire l’aïeul-fondateur, Antoine Lescure, que les héritiers nomment leur fondation la Fondation Brageac Solidarité, devenue Fondation Brageac en 2016. Ce sont 19 projets qui ont été accompagnés en 2018, dont 11 en France, accordant une enveloppe moyenne de l'ordre de 15 000 euros par projet.

Une réussite familiale qui vaut à ses membres de figurer parmi les 300 biographies racontées dans le Dictionnaire historique des patrons français paru chez Flammarion en novembre 2011. Que de chemin parcouru depuis Brageac !

Commentaires

Articles les plus consultés